Genesis

FR

Le projet est né lors de conversations entre trois femmes artistes pendant l’été 2019 : Megumi Tsuga et Ayaka Ura, toutes les deux japonaises et Constance Hinfray, franco-allemande. Durant ces «Female Artists meetings» organisés au centre d’art Ongoing à Tokyo, nous avons échangé autour des problématiques et difficultés qui concernent les jeunes artistes femmes évoluant dans la sphère culturelle et artistique. Ce depuis les perspectives de plusieurs cultures représentées par les artistes présentes : Japon, France, Chine, Corée du Sud. Nous avons, au cours de nos nombreuses rencontres pu dresser un portrait réaliste de la situation. Depuis est née l’idée de créer une sororité internationale afin de pouvoir continuer de communiquer autour de ces questions et poursuivre notre entraide. Nous avons abordé de nombreux sujets, du concept de la famille à celui de nos carrières en passant par les relations amoureuses et leurs impacts sur les choix des femmes. Chacune de retour dans son pays d’origine, Megumi et Constance ont continué à correspondre à partir des expériences vécues depuis lors. Constance a alors pensé à organiser une tournée de spectacles de marionnettes au Japon, avec pour point de chute les différents lieux de vie des femmes artistes avec qui elle a noué des liens très forts. Cela dans le but de donner davantage de visibilité à leur travail. Elle s’associe avec son amie Alice Delanghe qui propose que chacune des femmes artistes invitées puisse créer sa propre marionnette. Celle-ci deviendra un objet par lequel elle pourra s’exprimer librement. Le projet Before sunrise est une invitation à ces femmes, de penser ensemble une histoire en donnant voix à son expérience. Les témoignages seront mis en scène en empruntant certains codes du registre des contes. Ces contes seront enfin mis en scène et présentés sous forme de spectacles : les Before sunrise tales.

Le contexte japonais

Pendant l’été 2019, une statue de comfort woman provoque une vague de violentes réactions de la part de Japonais conservateurs et négationnistes. L’oeuvre des artistes sud coréens Unseong et Seogyeong Kim représente une femme assise sur une chaise symbolisant l’esclavage sexuel imposé par les soldats japonais aux Sud-Coréennes, tandis qu’ils occupaient le territoire, pendant la Seconde Guerre mondiale. L’œuvre est retirée de la triennale pour des raisons de sécurité publique, mais le scandale se poursuit. Deux mois plus tard, les subventions de l’État japonais versées à la triennale sont supprimées, car il estime que les closes du programme original ne sont pas respectées. En écho à cet événement, Constance, Megumi, Ayaka, Akiko, Yukie et Yo, font le constat qu’il n’y a presque aucune femme artiste confirmée (40 ans et plus) vivant au Japon dont la carrière rayonne à l’international. La pression du mariage et de la maternité freinant la carrière de ces femmes.

Le contexte français

Alice Delanghe et Constance Hinfray se sont rencontrées aux Beaux-Arts de Quimper en 2013. Dès 2018, elles ont commencé à collaborer ensemble en associant leurs pratiques de vidéo et performance. Tout au long de leur amitié et épisodes professionnels, elles ont pu se confier l’une à l’autre et s’entraider, mues par une volonté d’indépendance dans un contexte où les jugements et les pressions sociales sont encore difficiles à dépasser pour les jeunes femmes. C’est grâce à une confiance mutuelle et à leur sincérité que les jeunes femmes ont pu prendre soin d’une indispensable confiance en elles et faire évoluer le projet Before sunrise de façon complémentaire et horizontale.